• 24 octobre 2014
  • 2015

Les votes de tous les élèves participants ont été comptabilisés et le lauréat de l’édition 2014 / 2015 est Gung Ho t.1 de Benjamin von Eckartsberg et Thomas von Kummant, éd.Paquet.

Le prix a été remis officiellement à Thomas von Kummant le mardi 2 juin à 14h pendant la journée des scolaires dédiée aux collégiens du département de la Somme, Pôle Universitaire cathédrale.

Thomas von Kummant, lauréat pour Gung Ho du prix des collégiens samariens

Thomas von Kummant, lauréat pour Gung Ho du prix des collégiens samariens

 

Ce furent de grands moments d’émotion, tant lors de la remise du trophée que lorsque Thomas von Kummant s’est retrouvé sur la Placette Lafleur avec près de 300 jeunes, la moitié environ des collégiens qui ont participé au travail sur six mois.

Thomas von Kummant, lauréat pour Gung Ho du prix des collégiens samariens

Thomas von Kummant, lauréat pour Gung Ho du prix des collégiens samariens

 

Il a rencontré de façon individuelle quatre classes de la Somme, dans la journée, et pendant les rencontres il a expliqué aux collégiens les étapes de la création et le quotidien de la vie d’auteur.

Thomas von Kummant, lauréat pour Gung Ho du prix des collégiens samariens

Thomas von Kummant, lauréat pour Gung Ho du prix des collégiens samariens

 Photos Émilie Pillot

Le prix, philosophie et déroulement :

L’expérience des enseignants, comme celle de l’association On a Marché sur la Bulle, révèle que la pratique de la lecture est victime d’un phénomène de décrochage touchant de nombreux collégiens. Alors qu’elle avait été jusque là valorisée, elle ne devient plus que l’objet d’une matière scolaire que les élèves assimilent à une obligation. Progressivement, face à la concurrence des autres attraits du monde moderne, notamment ceux de l’image animée, lire devient donc l’exception.

La bande dessinée n’échappe pas à ce phénomène. Les ouvrages disponibles dans les CDI, les bibliothèques et les rares librairies du territoire, confortent les jeunes dans l’idée que « La bande dessinée, c’est pour les petits ». Pourtant, il existe un large réseau de structures qui serait susceptible de faire apprécier la lecture aux jeunes grâce au vecteur de la bande dessinée. Cette dernière propose des ouvrages de qualité, adaptés à de jeunes adolescents, que malheureusement la structuration du marché rend peu visibles ou disponibles.

L’association On a Marché sur la Bulle concentre une partie de ses activités sur un travail de médiation, particulièrement tourné vers un public à la fois jeune et en rupture avec le livre. Entre autres, elle organise un jury, appelé prix Meilleur Premier Album des lycéens picards, en s’associant à une quarantaine de lycées techniques, professionnels et agricoles de la région Picardie. Les questionnaires remplis par les élèves dans le cadre de ce projet démontrent qu’ils sont moins de 20 % à avoir lu ne serait-ce qu’un livre, tous types d’ouvrages confondus (fiction, bande dessinée, manga…) depuis leur entrée au lycée. La lecture ne fait plus partie de leurs pratiques.

L’idée forte du projet Prix Bande Dessinée des collégiens samariens est donc d’éviter à toute une génération d’être victime de ce décrochage en encourageant les pratiques de lecture par le biais de la bande dessinée. Un des objectifs du projet est de démontrer aux collégiens qu’il existe des « lectures plaisirs », et des albums qui leur correspondent. Beaucoup de jeunes associent aujourd’hui lecture et travail. Il s’agit ici de leur faire tester d’autres ouvrages, preuve qu’amener un livre à la maison ne veut pas dire que l’on se rajoute des devoirs.

La bande dessinée, puisqu’elle utilise conjointement texte et image, paraît plus attractive aux yeux des élèves et se révèle être un excellent « attrape-lecteur ».

Dès le début du projet, les élèves sont responsabilisés par les enseignants et les membres de l’association. L’objectif du prix étant de constituer un jury littéraire, l’élève doit absolument se rendre compte de l’importance de son vote et doit acquérir une certaine rigueur dans ses lectures pour pouvoir verbaliser ses choix. Certains élèves n’ont qu’une mince expérience de lecteur, il est donc nécessaire que les lectures soient accompagnées par les enseignants, dans le cadre d’équipes pluridisciplinaires (documentalistes, professeurs de lettres et / ou d’arts plastiques).

Par ailleurs, l’association intervient à trois reprises dans chaque classe :
- une première fois pour présenter le projet et la sélection (six albums) que les élèves devront lire, en soulignant bien l’importance de chacun au sein du projet.
- une seconde fois pour une séance de formation théorique autour du médium bande dessinée dans sa globalité. Grâce à cette initiation aux codes de la bande dessinée, les élèves en apprennent plus sur la façon dont les auteurs font leurs choix et aiguisent donc leur sens critique dans l’optique du vote final.
- la troisième séance, celle du vote, se déroule autour d’un plateau de jeu spécialement créé pour l’occasion. Les élèves, en équipes, doivent répondre à trois séries de questions sur la sélection et le contenu des séances. C’est une manière ludique de ré-investir les acquis avant le vote final.

Tout au long de l’année, le projet est valorisé au sein des établissements. D’une part, grâce à une exposition centrée sur la sélection et créée par l’association On a Marché sur la Bulle et, d’autre part, grâce au site Internet dédié et à la page Facebook consacrée au projet.

Au regard de ce qui se passe dans les collèges et les lycées, la découverte ou la redécouverte du plaisir lié à la lecture semble être un des enjeux majeurs de l’éducation des jeunes. Le Prix Bande Dessinée des collégiens samariens est donc un projet fort pour la promotion de la lecture, qui peut donner envie à l’élève de pousser la porte de son CDI, d’une bibliothèque ou d’une librairie.